Bannière Massage Maison

Développer la culture du don : le modèle du train de massage

4 avr 2016 | Autour du massage | 1 commentaire

developper-culture-don-modele-train-de-massage-massage-maison

 

Vous souvenez-vous de la chenille qui redémarre ? Peut-être pratiquez-vous toujours à l’occasion cet amusement musical développé dans les années 1970-80 ? Tout a débuté avec la sortie en 1978 de la chanson de la Bande à Basile qui commence par « Mettez les pieds en canard, c’est la chenille qui redémarre… » 😉

Eh bien le train de massage, c’est un peu le même principe, sauf que le but n’est pas de se tortiller sur une musique en déambulant sur la piste de danse mais plutôt de s’accrocher les uns aux autres comme les wagons d’un train afin de masser les épaules ou le dos de la personne devant vous.

 

En quoi est-ce qu’une telle pratique peut aider à développer une culture du don et de la bienveillance envers autrui ?

L’article rédigé par Stephen Turban, étudiant à Harvard (Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis), et publié par le Huffington Post le 13 octobre 2015, répond très bien à cette question. En voici un « résumé-traduction libre » fait par mes soins :

 

***

 

« Nous gagnons notre vie avec ce que nous recevons, mais nous lui donnons un sens avec ce que nous donnons. »

Winston Churchill

 

Dans la plupart des cas, 12 personnes se massant en public est une situation considérée comme illégale. Mais il existe un vide juridique : le cas des trains de massage.

Les trains de massage sont la parfaite expression d’une « organisation du don ». Ils impliquent une rangée de personnes qui massent le cou, le dos ou les épaules de la personne devant eux. En créant une norme du « don vers l’avant », ils entraînent leurs membres à aider les autres. Les trains de massage peuvent nous apprendre beaucoup sur la psychologie des groupes. Ils nous enseignent en particulier comment créer une culture du don.

 

train-de-massage

 

Comment démarrer un train de massage

La logistique est simple car il suffit d’aligner au moins 3 personnes, de leur demander de faire un quart de tour et hop ! Le tour est joué !

Physiquement, les trains de massage font un bien fou. Le massage nous aide à nous détendre, à réduire les douleurs musculaires et à mieux dormir. Mais en réalité les trains de massage sont plutôt rares. Les amis proches se massent rarement et c’est encore moins souvent qu’ils forment une file. Malheureusement, les trains de massage sont généralement relégués aux camps de vacances et assimilés.

Mais pourquoi ? Si les trains de massage sont si géniaux, pourquoi sommes-nous si nuls pour les mettre en place ? Pourquoi est-ce les organisations qui donnent sont si difficiles à créer ?

Avec cette idée en tête, Stephen s’était lancé le défi de démarrer au cours de ses vacances d’été autant de trains de massage que possible. Que ce soit en faisant part d’une douleur aux épaules, en proposant un massage à un inconnu ou en lançant tout haut l’idée d’un train de massage, rien n’y avait fait pendant 2 mois ! Puis lui est venue l’idée, en voyant ses amis masser leurs propres épaules après une journée de marche, de lancer à la ronde « qui veut un massage ? »

Des volontaires ne se firent pas attendre et alors qu’il commença à masser une première personne, une belle chose se produisit : la personne qu’il massait proposa à son tour de masser quelqu’un d’autre, et ainsi de suite… En quelques minutes seulement, ils avaient constitué un train de massage de 15 personnes.

 

La psychologie d’une culture du don

Pourquoi est-ce que cette tentative-ci a fonctionné alors que les autres avaient échoué ? C’est ce que Stephen a compris après avoir lu le livre Give and Take du psychologue Adam Grant, professeur à l’Université de Wharton (Philadelphie, Pennsylvanie, Etats-Unis). Les trains de massage incarnent la psychologie des organisations qui « donnent ».

Ces organisations reflètent la norme du « don vers l’avant », c’est-à-dire le don sans attente de réciprocité directe. Une culture de la générosité est une caractéristique essentielle du bon fonctionnement d’un groupe. Une méta-analyse a démontré que les équipes avec des niveaux élevés de don étaient plus productives, plus fructueuses et de meilleurs environnements de travail.

Alors comment générer une organisation qui donne ? Quelques enseignements fondamentaux peuvent être tirés de l’expérience du train de massage.

 

don-en-avant-genevieve-croker-long-way-home

crédit photo : Genevieve Croker, Long Way Home

 

Comment créer une culture du don : 5 enseignements tirés du train de massage

 

Donnez en premier

En démarrant le cercle vertueux par votre petit sacrifice, vous donnez toutes ses chances à votre action de se répéter. Une organisation qui donne ne se décrète pas, de la même manière qu’un train de massage a peu de chances d’être créé par un effet d’annonce. Donnez l’exemple et inspirez quelqu’un afin qu’il aide une autre personne à son tour. Si vous offrez votre aide en premier, vous deviendrez un modèle pour les autres.

 

Commencez avec les bonnes personnes

Quand vous démarrez votre train de massage, vous devez bien choisir la personne que vous allez masser. Si vous choisissez une personne généreuse, tournée vers les autres, il ou elle proposera le plus souvent de masser une autre personne. Si au contraire vous choisissez une personne centrée sur elle-même, il est fort possible que le train de massage s’arrête là !

De la même façon, les organisations qui donnent sélectionnent rigoureusement leurs membres. Elles recherchent les qualités comme la générosité, le sacrifice et la compassion. Rien de tel pour repérer les vrais « donneurs » que de chercher à savoir comment ils se comportent avec leurs pairs et leurs subordonnés. La plupart des gens apparaîtront serviables vis à vis de leurs supérieurs hiérarchiques.

 

Facilitez l’accès au cycle du don

On peut entrer de deux manières dans un train de massage : à l’avant, en recevant d’abord, ou à l’arrière, en donnant d’abord. Quelle est la meilleure option ? Cela a-t-il une quelconque importance ?

Votre objectif devrait être d’aider chacun à rejoindre ce train. Il faut donc fixer la règle du recevoir en premier. Cela aide les plus égocentriques à rejoindre le train et aide ceux qui sont plus tournés vers les autres à avoir une excuse pour recevoir. Il y a une attente forte du groupe à ce qu’un nouveau venu masse à son tour une fois massé. Les organisations fonctionnent de la même manière. Faites en sorte que les nouveaux venus soient aidés dès leur intégration. Ils comprendront alors que le don est une norme du groupe auquel ils appartiennent désormais.

 

Créez une attente du don en avant

Pour de nombreux groupes, l’attente est la suivante : « si je t’aide, tu m’aideras en retour ». Cette culture de la réciprocité rend plus difficile le fait de demander ou recevoir de l’aide. Un meilleur système consiste à aider quelqu’un d’autre, à donner en avant. On peut voir cette mentalité à l’œuvre dans un cercle de massage. Si chacun voulait rendre à celui qui lui donne, alors il ne pourrait y avoir que deux personnes qui se masseraient l’une l’autre. La beauté du train est que les gens sont incapables d’aider ceux qui sont derrière eux. A la place, ils doivent étendre le don en massant quelqu’un d’autre devant.

Structurez votre organisation comme un train de massage. Si vous aidez quelqu’un, demandez-lui clairement d’aider une autre personne à son tour. Ce faisant, vous cultiverez la culture du don et réduirez le sentiment d’obligation lié au fait de recevoir.

 

Parlez publiquement du don

Dans son livre Give and Take: Why Helping Others Drives Our Success, Adam Grant décrit une activité pour promouvoir le don, appelée « l’anneau de réciprocité ». L’anneau de réciprocité implique que des demandes d’aide soient faites au sein d’un groupe (requête personnelle, demande de stage, but de vie) et que chacun puisse y répondre en indiquant comment il pourrait se rendre utile.

L’anneau de réciprocité promeut fortement le don. Comme le fait de donner est public et qu’il faut dire publiquement comment on va aider, cela encourage les « donneurs » et « receveurs » à donner. Dans un train de massage, il serait impossible de seulement recevoir. Si c’était le cas, cela serait flagrant pour le reste du groupe. A l’inverse, comme le don (par exemple le massage) est public, cela aide d’autres personnes à rejoindre le train.

Les « organisations qui donnent » sont plus productives, plus créatives et de meilleurs environnements de travail. Alors même si vous faire masser les épaules n’est pas votre truc, appliquez ces enseignements et vous changerez fondamentalement la culture autour de vous.

Dans un monde de commerce à court-terme, de « culture du moi » et de petites chamailleries, il semble qu’un train de massage soit grandement nécessaire.

 

***

 

Vous pouvez vous procurer le livre d’Adam GRANT en cliquant ici :

en anglais

en français

 

***

 

Je ne pouvais pas ne pas partager cet article 😉

Comme disent les anglo-saxons, « what goes around comes around” (ce que vous donnez finit par vous revenir). En français, « on récolte ce que l’on sème » ne traduit pas aussi bien l’idée d’un cercle possiblement vertueux mais plus une idée de réciprocité, qui prend d’ailleurs assez souvent un sens péjoratif.

 

Nous avons beaucoup apprendre du massage en général et l’exemple de ce train de massage est une vraie leçon de management d’équipe. Les entreprises qui mettent ces principes à l’œuvre ont bien compris que la culture du don en leur sein est une force. Cela les rend attractives mais aussi bien plus productives et créatives. Le « don en avant » favorise grandement la coopération, l’enthousiasme, mais aussi les succès individuel et collectif.

De manière plus générale, vous verrez que donner sans attendre un retour de la personne à qui vous donnez aura au moins deux avantages pour vous :

  • premièrement, l’aide que vous apporterez vous sera incommensurablement agréable et vous emplira de bonheur (vous ressentirez au moins autant d’ondes positives que la personne à qui vous donnez),
  • et deuxièmement, vous verrez qu’à votre tour vous serez aidé(e) par une autre personne. Le destin se chargera de vous aider.

Alors ne soyez pas avares et distribuez autant d’attention, d’aide et de gestes d’Amour et d’amitié que vous le pouvez ! Et, si le cœur vous en dit, pourquoi ne pas démarrer un train de massage ?

Cynthia

 

A vous : avez-vous déjà participé ou assisté à train de massage ? Que pensez-vous de ce modèle ?

Share This

Développer la culture du don : le modèle du train de massage

1